dimanche 12 novembre 2017

Comment se transformer de l'intérieur ?





Depuis que nous sommes nés, du moins depuis aussi longtemps qu'on s'en souvienne, nous vivons pour et en fonction du regard des autres. Nous avons bien souvent eu du mal à trouver notre place au sein des autres, voilà pourquoi au fur et à mesure de notre développement, de notre âge, nous avons mis un certain nombre de masques. Ces derniers nous permettent de nous "protéger", de nous "couvrir" du monde extérieur. 
Nous n'avons jusqu'à ce jour pas réalisé à quel point ces "faux" nous, nous ont rendu si malheureux, si "vide", puisque nous sommes tout simplement déconnecté de notre véritable nature, de notre essence même.


Combien de fois, nous sommes-nous regardés dans le miroir sans éprouver la moindre satisfaction du reflet?  
Au contraire, combien de fois avons-nous rejeté cette image ?
Combien de fois avons-nous entrepris des régimes ? Combien de fois avons-nous pensé que nous étions de mauvaises personnes ? 
Combien de fois avons-nous pensé que nous ne méritions pas le bonheur ? 
Combien de fois avons-nous dit "oui" alors qu'au fond, nous pensions "non" ? 
Combien de fois avons-nous affiché un sourire que nous ne ressentions pas ? 
Combien de fois avons-nous eu envie de dire ce que nous pensions, mais nous nous sommes retenus ? 



Une partie des femmes au sein de notre société ne trouvent pas leur "juste place". Soit elles développent une sorte de complexe d'infériorité puisqu'elles manquent grandement de confiance en elles, les rendant d'apparence "fragiles" et vont très souvent être dépendantes des autres, surtout d'un homme, ne se voyant pas mener sa vie seules, ressentant au plus profond d'elle-même un vide. Elles se sentent souvent "nulles", sans "utilité", "sans vie".
Soit elles peuvent au contraire créer une sorte de révolte intérieure qui les pousse à "être plus que fortes", c'est-à-dire qu'inconsciemment elles refoulent leurs émotions, ce qui fait qu'elles poussent leurs limites trop loin. Elles ont beaucoup développé leur côté masculin et elles rejettent leur côté féminin, ce qui les rend souvent malheureuses, car elles portent un masque et ne sont pas elles-mêmes.

Peu importe le cas dans lequel une femme est, puisque ces deux cas sont des extrêmes, il se peut que vous soyez "entre-deux". Le problème est qu'il n'y a pas d'équilibre dans notre pôle masculin-féminin ou yin-yang (comme vous préférez). Tout dans l'Univers existe sous forme d'énergie, cela a d'ailleurs été démontré par la science. Rien n'existe sans son contraire. La lumière n'existe pas sans l'ombre, le jour sans la nuit, la vie sans la mort..
Lorsqu'on trouve l'harmonie en soi-même, on rééquilibre notre pôle masculin et féminin. On ressent alors en soi une sorte d'harmonie, de paix intérieure, d'alignement de soi, de liberté d'être...

Nous allons malheureusement bien souvent chercher la solution de notre "mal-être" à l'extérieur, très souvent au travers de la nourriture, des relations amicales ou amoureuses, de la drogue, d'achats de biens de manière démesurée, d'alcool, de thérapeutes... Peu importe, chacun a une méthode bien définie. Aussi, combien de méthodes de régimes avons-nous déjà essayé parce que notre image ne nous plaît pas ? Parce qu'au fond, il faut bien se l'avouer, nous ne nous aimons pas.

Ce sont bien souvent les autres qui subissent notre mal-être, que ce soit notre conjoint, nos enfants, ou nos amis. Nous nous en voulons souvent de leur faire subir tant de "négativité", tant d'idées noires, que nous projetons bien souvent sur eux, sans en prendre conscience. La colère, la haine, que nous ressentons envers les autres, est le simple reflet de celle que nous ressentons envers nous-même.



La clé de la transformation intérieure,
Est l'amour de soi,
L'amour et la guérison de nos ombres,
L'amour de chaque partie de nous-même,
En étant véritablement soi-même,
En ouvrant son cœur,
En étant aligné à son âme,
En retrouvant cette lumière éternelle,
Qui brûlait en nous quand nous étions ce jeune enfant.




Nous les femmes, sommes souvent complexées, avons bien du mal à avoir confiance en nous, et à accepter notre corps, malgré toutes les personnes qui vont nous dire que nous sommes "parfaites", que nous sommes "belles". A quoi cela sert-il si nous-même nous n'y croyons pas ? 

Aussi, combien d'entre nous, sommes obsédées par la minceur, par l'envie d'être "fine". Notre société nous pousse à rentrer dans une certaine catégorie pour qu'on soit "belle", donc "acceptable". Les médias, ainsi que l'industrie de la mode, y sont pour beaucoup, puisqu'ils "formatent" notre esprit à ce qu'une femme doit être. 
Le problème n'est pas ce qu'ils essaient de faire, mais qu'ils y arrivent. Quoi de pire que d'arriver à convaincre une personne qu'elle doit "être mince" pour être belle, qu'elle doit maigrir pour être acceptée ? Quoi de pire pour notre psychisme ?
Et le comble dans tout cela, c'est qu'on nous offre toutes les solutions possibles et inimaginables : régimes miracles, pommades miracles, pilules miracles...


LE MIRACLE, C'EST VOUS


Les médias visent souvent les femmes dès le plus jeune âge, ce qui est encore pire, puisque cette belle jeune fille grandira avec un complexe d'infériorité, ce qui freinera son cheminement personnel, surtout si elle évolue dans un contexte familial et/ou culturel qui ne la rassurera pas. 
Elle rejettera ainsi son corps, mais pire encore son "être", c'est-à-dire la personne qu'elle est à l'intérieur d'elle-même. Une femme est aussi beaucoup formatée à ce niveau-là. Depuis notre enfance, on nous a appris comment une fille doit être, comment elle est censée parler, comment elle est censée se comporter, s'habiller, ce qu'elle peut dire, ne pas dire. La femme, en grandissant, sera influencée par le milieu dans lequel elle vit, et aura incorporé dans son être tout un tas de croyances, qui refléteront sa vie. 
Par exemple, si une femme croit qu'elle est là pour s'occuper des enfants, faire le ménage, faire à manger, et qu'elle n'a pas le droit de s'occuper d'elle avant que ses enfants ne partent de la maison, sa vie sera le reflet de ses croyances, et elle se sentira bien souvent malheureuse et en colère sans en comprendre le sens. Elle peut se libérer de sa vie, en se libérant de ces fausses croyances qu'elles a incorporé dans son psychisme.



Bien des enseignements spirituels renient "la matière", comme par exemple le corps physique. Cela est pour moi faux, car nous sommes l'incarnation de notre âme dans un corps physique. Ce dernier est le temple sacré dans lequel notre être vit. 
Pour trouver une onde de bien-être en nous-même, cela passe par l'acceptation de notre corps physique. 
Nous accepter, nous aimer tels que nous sommes, c'est honorer la vie en nous.

Pour cela, j'ai trouvé ma technique. Quand je vois une femme dans la rue, et que je la trouve belle (je parle d’admiration, non d'attirance, car je suis "hétérosexuelle"), je la regarde avec grande joie et admiration. Je me focalise sur tout ce qui est beau chez elle : son sourire, son regard, ses vêtements, sa coiffure... Et au lieu de me dire : "Je suis moche à côté d'elle.", je me dis : "Elle est sublime." et je m'inspire de sa beauté pour trouver la mienne. Aussi, quand je vois des pubs pour des magazines de mode ou autre, je m'en inspire pour savoir ce que je veux être, et ce que je ne veux pas êtreQuand je vois par exemple les défilés de mode à la télé, où elles se ressemblent les unes et les autres (tellement qu'on dirait des clones), je comprends que ce n'est pas la ressemblance qui créée la beauté, mais notre différence.




C'est par mon authenticité que je trouve ma vraie beauté. 



Bien des femmes, qui ont des enfants, se sentent malgré tout "mal". Elles pensent souvent qu'une fois Maman, elles se sentiront mieux, qu'elles souffriront moins puisqu'elles auront trouvé une "raison de vivre". Une fois Maman, leur cœur se remplit d'un amour qui n'avait jamais vu le jour auparavant, sauf peut être pour leur conjoint. Mais, au fond d'elles, elles se sentent malgré tout "mal", "vides", "sans vie".

On a beau vouloir fuir sa vie entière, fuir notre monde intérieur, fuir qui nous sommes...tôt ou tard cette réalité nous rattrape. Nous allons bien souvent chercher les réponses là où elles ne sont pas, et les questions là où il n'y en a pas. De sorte que nous nous perdons, nous nous enfonçons dans un conflit intérieur perpétuel. Heureusement, il y a une clef à cela, même plusieurs, et c'est en nous-même que nous allons les trouver...



Comment se transformer de l'intérieur ?


C'est bien là, la clef de tout changement, de toute amélioration, de toute libération, c'est à l'intérieur de soi-même que tout se passe, et c'est souvent cela qui nous effraie le plus. Nous qui sommes habitués à fuir, à renier qu'au fond de nous, il y a des blessures, des fausses croyances qui nous détruisent, et des maux qui nous font trop mal pour qu'on les regarde en face. C'est pourtant le seul moyen de se sentir mieux, c'est d'avoir le courage d'aller au fond de nous-même.

J'ai moi-même expérimenté cela pendant des années. Je ne savais pas comment me sentir "bien". Je vivais une vie sans conscience, sans connexion à mon cœur, j'étais complètement "infiltrée" dans la matrice.
Ma vie n'avait aucun sens à part d'afficher un faux sourire à tout le monde, et à me convaincre moi-même que le bonheur résidait dans l'apparence. Au fond de moi, je détestais ma vie, autant que je me détestais. Je me sentais "vide", dépourvue de sentiments de paix, de joie, d'harmonie...Plus j’essayais d'être comme les autres, plus j’essayais de faire comme les autres, et pire je me sentais. 

Un jour, j'ai pris conscience que je pouvais changer ma vie, que je voulais devenir une autre personne. J'ai choisi de devenir la meilleure version de moi-même.
Et à partir de ce jour-là, j'ai entamé un chemin personnel et spirituel qui m'a permis de redevenir qui je suis.
Une guérison profonde s'est amorcée, j'ai plongé en moi pour mettre mes ombres en lumière, pour soigner mes blessures, pour revoir les croyances que j'entretenais sur moi et le monde. Aussi, j'ai commencé à modifier mon alimentation, à me sentir plus légère.


Un sentiment de paix a gagné chaque jour un peu plus mon cœur...



Aujourd'hui, j'ai compris que si nous voulons nous sentir "bien", nous sentir "en paix", et aussi nous aimer, aimer les autres, aimer notre corps, la personne que nous sommes, c'est en devenant une personne consciente que nous y arriverons.

Devenir conscient(e) veut dire avoir conscience de la nourriture qu'on donne à son corps à chaque fois que l'on mange et que l'on boit (par exemple). Pendant bien des années, je buvais de l'alcool (comme tout le monde l'a déjà fait ou le fait). Jusqu'au jour où j'ai compris que ça baissait mes vibrations et qu'au fond de moi, je n'aimais pas cela. Je ne me respectais pas, je n'agissais pas selon mon être.
Aussi, pendant des années, je mangeais de la viande, alors que j'ai un amour sans fin pour les animaux. Sans m'en rendre compte, je me faisais du mal. Mais j'ai grandi en pensant que cela m'apportait des "bonnes protéines"... Jusqu'au jour où j'ai arrêté d'en manger, et mon cœur s'est libéré, je ne pourrais l'expliquer.


Nous entretenons tous un certain nombre d'habitudes, qui sur le long terme nous auto-détruisent, et nous éloignent de notre lumière intérieure. C'est à nous, individuellement, d'avoir le courage de nous en sortir, et de modifier notre rapport avec le monde extérieur.
Développer sa conscience est infini, puisque l'âme, l'esprit, sont infinis. C'est à nous que revient la tâche de nous transformer, de nous accepter tels que nous sommes, et ainsi être en harmonie avec nous-même et avec la vie.




Se transformer demande de bouleverser sa vie,
Ses habitudes,
Ses croyances,
Ses pensées.
Se transformer demande de renaître,
Redevenir qui nous sommes vraiment.



C'est par la renaissance de soi que nous pouvons nous transformer, car depuis bien années, nous avons "encodé" de nombreuses habitudes, schémas de croyances, qui ont fini par nous détruire. Il nous faut à ce jour décider de prendre un autre chemin que celui que nous avons toujours connu. Cela demande de sortir de sa zone de confort, ce qui nous fait trembler de peur. Mais c'est seulement par là, que se trouve la lumière.

Le chemin que vous allez emprunter est loin d'être le plus simple qui soit, au contraire, vous allez rencontrer bien des difficultés, vous allez souvent vous sentir seul(e). Mais au fond du tunnel, c'est une sensation si douce, si apaisante, si belle qui vous attend.

Soyez les créateurs de votre vie, devenez qui vous êtes vraiment. 



Avec amour, Crystal.


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci Christelle, pour la lumière qu'apporte cet article. Je me retrouve dans chacun des mots que tu écris.
C'est en effet un chemin difficile que celui de la renaissance de soi, l'arpenter demande des efforts.
Celui de prendre conscience de son mal-être et des croyances qui en sont les causes. Celui, non pas de renier, mais d'accepter ses maux, ses torts, ses peurs...
Mettre en lumière ces choses est une étape primordiale, afin de ne plus en être le prisonnier et d'avancer en accord avec celui ou celle que l'on est vraiment.
Gravir chaque marche, l'une après l'autre, armé de courage et de patience, malgré le sentiment de solitude et les moments de doutes.
"Toutes les réponses sont en chacun de nous", nous avons ce pouvoir, celui d'ôter le masque derrière lequel nous nous sommes habitués à nous cacher.

Comme tu l'écris, le bout du tunnel brille d'une lumière sans égale, celle dont nous faisons tous partie.
Et même si ces rayons ne me touchent encore que par brefs moments, je veux m'accrocher et continuer à marcher pour redevenir celui que je suis.

La parole est un des plus grands pouvoirs que nous possédions, merci d'utiliser la tienne pour répandre l'amour et l'espoir.

Amitiés, Cédric