mardi 8 août 2017

La renaissance de soi



Nous nous sommes perdus, nous nous sommes échoués en dehors de nous-même, en dehors de la personne que nous sommes vraiment. Nous avons perdu le « fil conducteur » qui nous liait a notre âme. Voilà pourquoi, à ce jour la vie est si dure, voilà pourquoi nous nous levons chaque matin avec un goût amer.

Nous regardons dehors et nous auto-flageolons en nous disant « arrête de te plaindre, tu as tout pour être bien ». Nous nous auto-persuadons que notre vie est heureuse, sous prétexte que nous avons le confort, la santé et que nous sommes bien entourés. Bien évidemment, avoir conscience de cela est un pas énorme, puisque nous vivons ainsi dans la gratitude. Émaner la gratitude provoque une haute fréquence au niveau du cœur qui nous permet notamment de faire fonctionner la loi d'attraction et ainsi attirer à nous la vie dont nous rêvons.
Éprouver de la gratitude et donc être en acceptation de l'instant présent, de "ce qui est", d'accord, mais à quel prix ? Jusqu'à quel stade ? Jusqu'où elle s'arrête ?

Cet état de "totale acceptation" qui est grandement mise en avant dans bon nombre d'enseignements me laisse perplexe sur certains points. Tout d'abord, je pense que l'acceptation passe par l'être que nous sommes ainsi que ce qu'il se passe dans le monde. Mais je ne suis pas d'accord pour dire que nous devons "accepter" absolument tout, bien au contraire. 
Accepter de se faire manquer de respect, accepter qu'on nous rabaisse, qu'on nous utilise, qu'on nous manipule, cela est un suicide à petit feu. Aussi, je ne suis pas d'accord sur le fait qu'il faut accepter tout ce que la vie "nous donne", si au fond de nous, nous aimerions créer une autre réalité, nous avons le pouvoir de changer les choses. Accepter ne veut pas dire être un individu naïf et suiveur qui suit ce qu'on lui dit de faire, qui pense comme on lui dit de penser et est comme on lui dit d'être.
Accepter ne veut pas dire être d'accord avec ce qu'il se passe actuellement sur Terre sans avoir l'envie de le changer et ainsi entrer dans l'inaction. Accepter ne veut pas dire trouver cela "acceptable", cela ne veut pas non plus dire de faire l'autruche en fuyant, ou encore de sombrer dans une profonde dépression (qui nous rend impuissants).



Accepter, c'est s'aimer tel que l'on est,
Accepter l'autre,
C'est voir derrière le voile de l'illusion de ce qu'il se passe sur Terre,
C'est vouloir connaître la vérité sur la noirceur de ce Monde,
C'est aller à la rencontre de nos ombres,
Et des ombres de ce Monde,
Afin d'en faire émaner la lumière.



Il y a quelque chose au fond de nous que nous n'arrivons pas à percevoir, à comprendre, à déceler. Une sorte d'objection, une sorte de parenthèse, que nous pensons minime, mais qui en réalité ne l'est pas.

Nous vivons en dehors de nous-même, voilà la réponse. Nous vivons dans le monde extérieur, coupés de notre partie divine, de notre cœur, de ce qu'on appelle notre « Higher self », qui est la meilleure version de nous-même, notre super-soi divin. 
Notre humanité vit actuellement sur les fréquences 1, 2 et 3, et notre super-soi divin lui est à partir du 4ème chakra (qui sont les centres énergétiques du corps).
Si ces choses vibrent en vous, mais que vous n'en comprenez pas vraiment le sens, c'est normal, l'essentiel est que cela vous parle, vous anime, réveille quelque chose en vous. Certains vont certainement penser "qu'est ce que ça change alors que je souffre ?", "qu'est-ce que ça change alors que mes proches sont malades ?", "qu'est-ce que cela change alors que le monde est un chaos sans fin ?". 

Justement, cela change tout, absolument tout. Lorsqu'on est "reconnecté" à notre nature divine, à notre cœur, à notre âme, nous nous reconnectons aussi à notre conscience. Au fur et à mesure de notre développement personnel, de notre chemin, on se coupera de la souffrance, on comprendra pourquoi pendant toutes ces années nous avions en nous un mal-être, pourquoi pendant tous ce temps la vie nous a envoyé tant de "problèmes"(qui n'en sont pas puisque chaque événement dans votre vie vient pour vous faire évoluer), pourquoi nous avons traversé des épreuves insurmontables, et pourquoi à ce jour, nous en sommes ici.


C'est la renaissance de son être véritable et profond qui apporte une lumière interne à toute notre vie. Aussi, on comprendra les lois qui régissent le monde et ainsi, que nous ne sommes responsables du bonheur d'autrui. Nous pouvons donner notre aide, mais jamais sans tomber avec les personnes, au risque de nous noyer nous aussi. Ainsi chaque être répond à la loi universelle du libre arbitre, c'est un individu libre de faire ses choix et ainsi créer sa vie comme il le souhaite.

La solution se trouve en soi-même. C'est nous qui avons les clefs, rien et personne d'autre. Le chemin que nous allons connaître sera peut-être long et semé d'embûches, mais la destination sera plus que merveilleuse.
Ce chemin de retrouvailles avec qui nous sommes vraiment, ce chemin de renaissance de soi, d'acceptation, et surtout d'amour de soi. Cette retrouvaille avec la vraie personne que nous sommes. Pas cette personne qui porte des masques pour se faire aimer des autres, pas cette personne qui ne dit pas ce qu'elle pense par peur du rejet, pas non plus cette personne qui suit ce que les autres font par de l'échec, peur du manque de confiance en elle, peur de l'inconnu et du changement.



Renaître à soi-même, 
C'est retrouver la flamme que nous avions quand nous étions ce jeune enfant qui courrait dans les champs de fleurs, 
Qui jouait dans les flaques d'eau,
L'esprit dans les étoiles,
Le cœur grand ouvert.



Notre société nous a complètement formatés, coupés de notre véritable essence, baignés dans une "illusion" totale, que nous pouvons ressentir si nous avons les symptômes du changement vibratoire. L'appel à redevenir soi n'a jamais été aussi fort qu'à ce jour, la reconnexion à notre âme, et la renaissance complète de tout notre être intérieur.

Pendant bien des années, nous avons grandi dans l'insouciance, à nous persuader que tout est bien "ainsi", parce que nous ne savions pas quel chemin emprunter, et au fond, nous n'étions pas encore prêts. Pas encore prêts pour suivre le chemin de l'éveil spirituel.
Ce que nous ressentons, tous et toutes actuellement, même si très souvent, on ne s'en rend pas compte, tant nos croyances, le formatage, ainsi que nos peurs, c'est l'appel à l'éveil.
La mort, les esprits, ainsi que tout sujet d'ordre « anormal » et ésotérique sont des sujets qui effraient la majorité des personnes sur Terre. Nos peuples anciens, étaient très connectés. Ce n'est pas "bien" ou "mal", cela est, tout simplement. On peut percevoir ces choses en ayant l'esprit et le cœur ouvert.
Pourquoi sommes-nous si fermés à la spiritualité en général ? Pourquoi en avons-nous peur ? Pourquoi ce rejet si flagrant de ce qui est du domaine de l'invisible ?

Je pense que les êtres humains ont très peur de l'inconnu, de ce qu'ils ne connaissent pas, ne comprennent pas. Puisque le domaine scientifique (cerveau gauche) est priorisé par rapport au domaine spirituel (cerveau droit) et cela, depuis notre enfance, sauf si nous avons grandi dans un environnement propice à cela. 
De plus, la télévision, les médias, ainsi que tout le domaine du divertissement, ont tellement "lobotomisés" le cerveau humain qu'il a fini par s'éloigner et pire même de se couper totalement des capacités infinis qui émane de son esprit. 



La seule solution à la souffrance, à la peine, à la déception, au chagrin, est l'éveil,
La seule solution à la haine, à la destruction, au sabotage, à l'oppression, est l'éveil,
La seule solution au mensonge, à l’incompréhension, à la confusion, à la frustration, est l'éveil,
La seule solution pour retrouver la paix en soi,
Et donc la paix dans ce monde,
Est l'éveil,
L'éveil de soi,
De la vérité,
De la connaissance,
De la foi,
De la compréhension,
De la conscience,
De reconnexion,
À notre lumière intérieure.




Le faussé se creuse de plus en plus. Si vous lisez cela, vous êtes certainement en train de vivre un éveil spirituel. Vous êtes certainement en train de chercher la force en vous afin de garder la tête haute, car vous sentez à quel point les énergies "s'alourdissent" d'un côté et "s'illuminent" de l'autre.

On ressent le besoin de se couper de tout ce qui est ne nous parle plus, de ce, qui "use" notre énergie (puisqu'on prend conscience de ce qui nous "vampirise"), on prend des distances avec nous proches qui ne comprennent pas ce qu'il nous arrive. On peut aussi avoir besoin de distances avec les réseaux sociaux/télévision/journaux/magasine ainsi que tout lieu où il y a de la "foule", tant nos sens sont hyper-développés, et qu'on ressent l'énergie de chaque personne. 
C'est une sensation difficile à vivre, où l'on peut se "perdre" si l'on est pas suffisamment aligné avec soi-même.
Il est très important dans cette phase de rester centré en soi : ancré dans son cœur, enraciné à la Terre, et dans notre bulle de protection (afin de se protéger de toute énergie négative).
Cela n'est pas chose simple, nous avons le cœur lourd avec tout ce qu'il s'est encore produit : l'annonce de l'éventuel loi obligeant 11 vaccins obligatoires pour les enfants de moins de deux ans, la mise en place de droits sexuels (mis en place dans toute l'Europe pour les enfants à partir de 4 ans), nous nous sentons tristes et impuissants face à cela.

Nous nous demandons certainement comment grandirons nos enfants, où va le monde, comment allons-nous changer ce monde, tant ceux qui le gouvernent, le détruisent un peu plus à chaque instant.
Mélangé à notre tristesse, c'est aussi de la colère que nous ressentons. Colère envers tous ceux qui ne veulent pas ouvrir les yeux, tout ceux qui se moquent de vous parce que vous avez le courage de dire ce que vous pensez, tous ceux qui vous pensent "fou". C'est bien le comble de l'histoire, c'est vous qui êtes fous dans un monde comme le nôtre.
Ce sont ces mêmes personnes qui en rentrant chez elle le soir vont boire un verre de whisky et enchaîner les cigarettes pour oublier leur journée misérable à exercer un métier qu'il déteste. Ces mêmes personnes qui vont passer leur temps à se plaindre de leur réalité,  de leur patron, de leur conjoint(e), de leur vie, des autres. Ces mêmes personnes qui vont parler sur vous, rient de vous, alors qu'au fond d'elles-mêmes, ce n'est que de la jalousie devant ce qu'elles n'auront jamais le courage de faire.

Vous sachant "spirituel(le)" (même si pour vous, vous êtes vous-même, et que vous ne jouez pas de rôle), une partie vous admirera, une autre passera leur temps à vous analyser dans vos moindres faits, gestes et paroles. Sous prétexte que maintenant vous êtes dans votre mission de vie, que vous enfin le courage de dire ce que vous pensez, le courage d'être à la recherche de la vérité, tout un tas de saboteurs vous emmènent leurs pensées négatives ainsi que leurs croyances et schémas destructeurs. Vous entendrez des phrases du genre "ta phrase n'est pas très spirituelle", "tu pries les anges, mais tu t'énerves, ce n'est pas cohérent", "tu parles de bien-être, mais tu stresses".
Cela me fait bien rigoler, parce que sous-prétexte qu'on est "spirituel", nous sommes censés répondre à un code défini, et devenir des êtres parfaits et irréprochables. 
Je ne suis pas du tout d'accord, être spirituel, déjà ça ne veut rien, dire car nous sommes le sommes tous, sauf que nous l'avons oublié. Et mon chemin personnel veut surtout dire que je deviens à nouveau qui je suis, que j'assume mes choix, que je créée la vie dont je rêve, mais surtout que je vis en fonction de mon cœur. Et si aujourd'hui je suis pleine d'amour, de bienveillance, mais je vis aussi des moments où je m'énerve, où je pleure, où je stresse, où j'angoisse, où je dérape et heureusement.




C'est grâce à ma tristesse, à ma colère, à tous ces moments difficiles, que je grandis,
C'est grâce à mon imperfection que j'apprends,
C'est grâce à ma force que je continue.




Ces remarques des autres peuvent faire mal à entendre, et à endurer. Au point, que parfois, vous vous enfermiez dans votre monde, dans le silence de votre cœur, pour ainsi être en paix. 
Sachez que les autres ne savent pas ce que vous traversez, ils ne sont pas encore en mesure de comprendre, le moment n'est pas venu pour eux, cela ne change rien pour vous. Restez centré sur vous, sur votre cœur, votre intuition et couper vous de ce que vous disent les autres. 

La conscience est un chemin difficile dont certains ne sont pas encore prêts et préfèrent dénier complètement la réalité. Cet état se réfère à la peur, car seul un individu qui a peur est dans le déni. Je ne dis pas par là que la peur n'est pas à ressentir, mais il faut surtout et avant toute chose se munir de courage pour comprendre ce qu'il se passe actuellement, afin de cheminer vers la conscience, afin de nous libérer de nos chaînes, et renaître à nous-même.

La renaissance de soi ne se fera jamais dans une existence seulement "positive", à afficher de grands sourires, à se contenter de profiter, d'exister, de se "faire plaisir", de "vivre nos rêves", ... Comme c'était par exemple le cas dans la période des hippies, qui étaient très ouvert à la spiritualité, ainsi qu'aux énergies, mais qui parlaient essentiellement du bien, du beau, de l'amour, d'être dans le "peace and love".

C'est comme ceux qui font le tour du monde mais voyagent "pour voyager", ce qui ne contient aucune profondeur, aucun sens, aucune valeur. Même si ces personnes y trouvent leur compte, car ils se sentent maintenant "attirées" à voyager ainsi, je le respecte, mais cela ne peut durer sur la longueur, à un moment ou un autre, elles se sentiront "vides". 

Voyager est une chose merveilleuse, cela ouvre l'esprit, le cœur, l'âme, mais il est important d'y ajouter de la conscience. Ça me rend hors de moi (même si je ne juge pas car je le faisais aussi avant) quand je vois des voyageurs allant dans des parcs d'orques et de dauphins, sachant que ces animaux vivent dans des conditions immorales et inhumaines. Les orques sont sous anti-dépresseurs, car ils ne supportent pas la petite taille des bassins. Ou les touristes qui vont voir les tigres en Asie alors que ceux-ci sont aussi sous drogues. Pire encore, le cas des éléphants en Asie, dont on détruit intégralement le mental afin de pouvoir les dompter et les utiliser comme "attraction touristique".
Profiter de la vie, voyager, je suis d'accord, mais il y a des limites, et pour ce genre d'activités, je ne peux être d'accord. Nous n'avons aucun droit sur les animaux, ils ne nous appartiennent pas. Et penser que boycotter ces pratiques est inutile puisque les milliards d'autres le font aussi, c'est continuer de consentir à ces horreurs.

L'exemple est aussi valable dans certaines communautés spirituelles qui prônent "l'amour inconditionnel", qui n'est pas une mauvaise chose en soi, mais la recherche de cet état de perfection nous coupe de nos émotions, de nos ressentis, de notre intuition, et nous fait baigner dans une sorte de déni de la réalité en se persuadant que la vie est belle et qu'il est préférable de fuir et de ne pas savoir les horreurs de ce monde. 

Renier la vérité, baigner seulement dans "le positif" n'est pas être éveillé, n'est pas être un individu conscientC'est un manque de maturité, nous faisant baigner dans un "ego spirituel", qui est très répandu chez ceux qui se disent "spirituellement évolués". Une personne qui ne parle que de belles choses, que d'amour, et qui refuse toute forme de négativité, n'est pas mature spirituellement. 

Je vais aussi parler des sorties : bar, boîte de nuit, festival, concert... Quand nous devenons conscients et éveillés, nous fuyons tous ces endroits qui sont remplis d'énergie et qui nous "fatiguent" très vite puisque nous sommes plus sensibles.
Si nous y allons, nous avons certainement ce sentiment au fond de nous, de perdre notre temps, à raconter encore les mêmes histoires, à être là alors que nous pourrions faire autre chose qui puisse aider ce monde d'une quelconque manière que ce soit. Des soirées à afficher des sourires sans fin, à afficher chaque photo sur un réseau social, à nous convaincre que cela nous rend heureux.
Ces soirées où nous allons discuter avec des personnes, qu'on aime, qu'on apprécie, mais avec lesquelles la discussion sera "vide", vide de sens, de vrai et de vie...
Puis, nous observons les autres autour de nous, et nous sommes encore plus dans l'incompréhension de cette jeunesse toujours plus déchaînée, toujours plus décadente, et abrutie (excusez-moi du terme mais bon il y a une grande part de vérité).



Renaître a soi-même, demande le courage de sortir du déni et de comprendre ce qu'il se passe vraiment,
Renaître à soi-même demande de prioriser son développement personnel et spirituel au reste,
Renaître à soi-même demande d'ouvrir la porte qu'on a laissé toutes ces années fermées, car on était rongé par la peur,
Renaître à soi-même demande d'être attentif aux signes qui sont sur notre chemin et de les écouter,
Renaître à soi-même demande d'être à nouveau qui l'on est,
Renaître à soi-même demande de se couper de ce qui ne vibre plus avec soi,
Et ainsi retrouver cette personne authentique, vraie, connectée à sa conscience, son âme et son cœur.



C'est un processus qui peut mettre du temps, selon vos croyances, vos peurs, la charge émotionnelle que vous avez de cette vie, d'anciennes vies, ainsi que le karma familial. Il peut prendre des années, comme des mois, cela dépend aussi du travail personnel et spirituel que vous faites. En effet, sans œuvrer en soi, il est impossible de renaître. 
Avec que l'éclipse du 21 août 2017 qui approche, profitez de ce temps pour vous purifiant, en jeûnant par exemple, et en buvant beaucoup d'eau afin de nettoyer vos corps énergétiques. Plus vous vous purifierez de l'intérieur et plus vous continuerez à œuvre en vous-même, plus rapide sera le processus.

Avant toute chose, ayez confiance en vous, croyez en la personne que vous êtes, en vos convictions, en vos intuitions, en vos inspirations. Parfois, lorsqu'on manque de confiance en soi, et surtout qu'on vit avec des personnes "négatives", on peut avoir peur d'assumer nos choix, et vivre selon notre intuition, car les autres ne sont pas nous, et ayons le courage de ne pas suivre le moule par peur d'être rejeté(e)

Aussi, je voudrais rajouter que vous n'êtes pas seule dans cette phase, même si vous vous sentez seul(e) (si vous avez un sentiment d'abandon suite à une blessure ou si vous vivez avec une famille ou un conjoint moins conscient que vous), vous êtes accompagné dans cette phase de transformation intérieure. N'hésitez pas à demander de l'aide, demandez au Ciel, il saura vous répondre, soyez-en sûr.

Le chemin est parfois très dur, tant nous vivons des choses qui sorte du "réel", qui sorte du commun. Mais peu importe, car si nous le vivons, c'est que nous sommes prêts, nous sommes prêts à créer cette nouvelle humanité, nous sommes prêts à renaître, à redevenir des êtres connectés à leur conscience, à leur âme, à leur cœur.
Nous sommes prêts à nous transformer intérieurement, nous avons maintenant toutes les clefs en main pour poursuivre notre chemin, car nous savons qui nous sommes, nous savons à nouveau quel est notre pouvoir, quelle est notre mission.
Redevenons les créateurs de notre vie, les possesseurs de notre âme, retrouvons en nous cette lumière qui brille de mille feux et éclaire tout sur son passage. 




Avec amour, Christelle.

1 commentaire:

Greg PAQ a dit…

C'est toujours un plaisir de te lire Christelle !
Cela fait du bien de renaître, de se retrouver, de vivre quelque chose de puissant, vibrer et bien plus. Je souhaite à chacun de vivre cela. Merci la vie !